Robert Sebbag

robert_sebbag

Témoignage de Robert Sebbag, Vice Président accès au médicament chez Sanofi-Aventis

Pourquoi avoir mis en place un partenariat avec SEE ?

« Le département Accès au Médicament de Sanofi a pour mission de favoriser l’accès à la santé dans les pays en développement. Notre intervention porte sur les maladies dans lesquelles Sanofi a une expertise reconnue : le paludisme, la tuberculose, les maladies tropicales négligées, la santé mentale et l’épilepsie. Notre mode opératoire privilégie une approche globale de la maladie, qui combine une politique de prix différenciés pour rendre les médicaments abordables, à des programmes de formation pour les professionnels de santé, d’éducation pour les patients et leurs familles, et de sensibilisation pour les communautés.Dans les pays où les ressources du secteur public sont largement insuffisantes, les entreprises ont un rôle essentiel à jouer dans le domaine de la santé. Elles peuvent contribuer efficacement à la mise en place d’actions de prévention et de prise en charge de maladies telles que le paludisme. Il était donc naturel pour Sanofi de s’associer à Santé En Entreprises qui a une expertise reconnue dans ce domaine. »

En quoi consiste votre partenariat avec SEE ?

« Nous nous associons dans les pays d’endémie à des coalitions d’entreprises et aux Programmes Nationaux de Lutte contre le Paludisme (PNLP), et apportons notre expertise dans la formation à la lutte contre le paludisme des responsables santé d’entreprises.

Ces formations ont pour objectif de soutenir la mise en place de plans d’action dans les entreprises, pour sensibiliser à la prévention et à la prise en charge du paludisme les employés, leurs familles et plus largement les communautés environnantes. »

Quels sont les résultats obtenus ?

« A ce jour, le département Accès au Médicament de Sanofi a déjà organisé conjointement avec SEE des réunions de formation de lutte contre le paludisme au Bénin, et en République Démocratique du Congo (RDC). A travers les représentants santé de 11 entreprises implantées au Bénin, la mise en place et le déploiement de leurs plans d’actions, c’est près de 250 000 employés et ayants droit qui seront sensibilisés à la prévention et la prise en charge du paludisme. A Kinshasa une formation de lutte contre le paludisme a réuni 32 entreprises de divers secteurs d’activités, ce qui permettra, à terme, de sensibiliser 100 000 employés et 500 000 ayants droit. C’est donc près de 850 000 personnes qui sont visés par les plans d’action mis en place dans ces deux pays. »

Quel regard portez-vous sur l’avenir de votre partenariat avec SEE ?

« Après les premiers résultats très positifs des formations des représentants santé d’entreprises implantées au Bénin et en RDC, il faut désormais s’assurer du financement et de la mise en place des plans d’action au niveau de chaque entreprise. Les prochaines étapes de notre partenariat avec SEE sont donc les demandes de subventions auprès des bailleurs de fonds. L’enjeu est qu’ils participent, avec les entreprises, au co-financement des plans de lutte contre le paludisme, et à la coordination inter-entreprises permettant de mutualiser les efforts et renforcer les résultats. Nous nous investissons aussi dans le suivi et l’évaluation de la mise en place des plans d’action afin de sensibiliser le maximum d’employés et ayants droit des entreprises participant à ces programmes. »

© 2013 Tous droits réservés. Design & Développement Bentouch